Ce à quoi nous aspirons tous…

S’il y a un besoin que j’ai depuis toujours et que la Communication Non Violente m’a permis de remettre au centre de ma vie, c’est celui d’être entendue.

La pratique de cette approche m’a permis de comprendre à quel point ce besoin était essentiel et frustré. Elle m’a également permis de m’exprimer pour le faire valoir et, en retour, écouter authentiquement l’autre dans ses besoins.

J’ai pu ainsi constater à quel point être entendu était fondamental pour le plus grand nombre, si ce n’est l’unanimité des mes interlocuteurs et à quel point la plupart, si ce n’est l’unanimité, en était frustré, comme je l’avais été.

Pourquoi avons-nous tant de mal à être entendus ? Le constat est récurrent : nous dépensons tellement d’énergie à essayer de convaincre les autres et nous exprimer que nous ne nous écoutons pas.

Nous parlons sans nous écouter. Et pourquoi cela ? Parcequ’à défaut d’être entendus…Nous parlons !

Commençant à le comprendre, j’ai rivalisé de bonnes intentions pour écouter à mon tour clients, amis, parents, enfant, conjoint et collaborateurs. J’y ai expérimenté (et l’expérimente  chaque jour) la difficulté d’être dans une pleine écoute, rien que l’écoute et juste l’écoute. Celle qui ne s’accompagne pas immédiatement d’un conseil ou d’un point de vue.

Jusqu’ici, en « bonne professionnelle », j’avais appris qu’à un problème qui m’était posé, mes compétences seraient évaluées à l’aune de ma capacité à y trouver (et le plus rapidement possible, s’il vous plaît) une solution.

Aussi, malgré des années d’études et d’expérience professionnelle, je me cassais les dents sur une chose qui paraissait pourtant si simple. C’en était décontenançant et, pour tout dire, vexant !

C’est en approfondissement ma pratique de la Communication Non Violente et en faisant preuve d’auto-empathie envers celle que je suis, celle qui a toujours autant besoin d’être entendue, que je compris enfin ce que pouvait être une véritable écoute.

Elle consiste à se dire : « l’autre, quand il me parle, qu’est-ce qui est si précieux pour lui ? », « qu’aimerait-il que je fasse ou dise à cet instant ? ».

Me poser ces simples questions, même si je ne suis pas tenue d’y répondre, ne cessent de me faire découvrir de nouvelles dimensions à mes relations.